Recherche sports de combat

Recherches en sports de combat et en arts martiaux - Etat des lieux

Sous la direction de André TERRISSE

Editions Revue EPS (2000)

 

Exception faite de quelques grands champions (D. Douillet, T. Riner, P. Gentil) et d'une poignée d'acteurs à la filmographie hétéroclite (Bruce Lee, Jet Li, Jackie Chan, Chuck Norris, JC Van Damme, Steven Seagal), force est de reconnaître que la place accordée aux arts martiaux et sports de combat dans la presse, les médias et l'imaginaire collectif est assez restreinte. Une touche exotique de Shaolin, quelques poncifs allégoriques sur le Judo appliqué au business ou encore les vertus apaisantes du Taekwondo face au trop plein d'énergie de bambins surexcités, sans parler des âneries de la "zenitude"... De ce point de vue, certes, les arts martiaux sont connus, mais à grands traits et avec moult clichés en ligne de mire. Autant dire qu'ils sont finalement mal connus.

 

Un paradoxe lorsque l'on sait que la France compte environ un millions de pratiquants ! Un comble également compte tenu de la riche production littéraire qui existe sur le sujet dans les rayons des librairies, avec des qualités fort diverses, il faut l'avouer. Pourtant, surprise, les sports de combat et les arts martiaux sont un objet d'étude scientifique et universitaire assez dense. Pour preuve, les mémoires de master et les thèses de doctorat portant sur ce vaste sujet ne sont pas rares et les colloques des JORRESCAM (JOurnées de Recherches et de Réflexion sur les Sports de Combat et les Arts Martiaux) sont sans doute la manifestation la plus aboutie en la matière, concrétisant l'intérêt universitaire pour la chose martiale.

 

Synthèse des interventions des "Cinquièmes JORRESCAM" des 27 et 28 mars 1998, le présent ouvrage propose ainsi une compilation des contributions de plusieurs universitaires dans leur champ de compétence respective : histoire, sociologie et philosophie / psychologie / didactique et pédagogie / physiologie, médecine et biomécanique. Evidemment, l'ouvrage souffre parfois des travers du verbiage universitaire, et certaines considérations sont particulièrement techniques et extrêmement éloignées des réalités de la pratique, n'offrant pas toujours une claire vision des mécanismes (techniques, sociologiques, psychologiques, physiologiques, historiques...) concrets pouvant se rattacher à l'exercice quotidien de l'art martial. Malgré tout, compte tenu de la pluralité des angles de vue, de la diversité des thèmes abordés et surtout de la qualité de la réflexion apportée sur de nombreux points, cette publication offre une chose rare dans le domaine des arts martiaux : de l'intelligence !

 

La plus grande vertu d'un tel ouvrage, c'est sans doute la recherche de distanciation, un nécessaire recul sur la chose étudiée avec la plus grande objectivité possible. En bref, l'exercice critique de la pensée sur une matière donnée, principe qui est souvent occulté dans les écrits habituels dédiés aux arts martiaux. En effet, les querelles de clochers, une certaine crédulité voire un manque total de culture ont tendance à générer des livres orientés et maladroits dès qu'ils tentent d'aborder autre chose qu'un peu de technique.  Au-delà de ce simple livre, ce qu'il convient d'apprécier ici, c'est finalement l'intérêt que suscitent les arts martiaux en tant qu'objet d'étude et donc leur prise en compte au titre d'activité et de phénomène ayant leur pleine place dans la société contemporaine. Avec ce fol espoir que la réflexion fasse avancer la pratique et la connaissance de la pratique.

 

A la volée, un avant-goût du programme :

- L'historiographie des arts martiaux

- L'implication de l'enseignant dans l'abandon de la boxe française

- Représentations sociales des sports de combat chez les élèves de collège et de lycée

- Principes stratégico-tactiques des sports de combat : l'exemple du judo

- Introduction du mouvement lent en rééducation psychomotrice de la personne âgée par la pratique du Qi-qong